7 ans déjà...

Publié le par Adeline

Ca y est, Thomas a eu 7 ans mardi...

Ce week-end va être bien chargé en émotions et en préparatifs festifs.

Mardi, j'avais quand même eu la bonne idée de l'emmener avec sa soeur à INDOR AVENTURES pour jouer avec un copain Alessio .....(article prochainement)....et c'était une super journée !

Samedi les copains de classe de Thomas viennent à la maison faire une chasse au trésor que je concocte depuis des semaines....dimanche ce sera la famille qui viendra à la maison autour d'un petit repas pour le voir encore souffler ses 7 bougies.

Pour illuster cet article, je partage ici avec vous mes premiers écrits quelques jours après être revenue de la maternité avec mon petit Thomas pour ne jamais oublier le jour de sa naissance et pour que lui un jour, il puisse me lire et voir comme il a boulversé nos vies....

Avant de lire, je vous fait partager le petit repas que nous avons fait hier soir, car mardi soir Greg est rentré très tard de déplacement et nous n'avions pas encore eu manger tous les 4....

 

 

Samedi 16 Avril 2005 :

 

Je regarde la télé, il est 22 heures 30 et cela fait 5 jours que la date du terme de ma grossesse est passée ! Ca fait bizarre, car pendant 9 mois, une seule date résonnait dans ma tête, la date du terme : le 11 Avril et là, toujours rien  !!!… J’ai eu pendant une semaine de nombreux coup de fils m’obligeant à m’arracher du canapé (et oui à cette époque nous n’avions pas de téléphone sans fil !!!) pour me demander « Alors, toujours rien ? »….

 

Bref, nous sommes donc le 16 Avril et je me cale tant bien que mal au fond de mon canapé, laissant mon plateau repas devant moi par flemme d’aller le ranger.

 

L’émission « tout le monde en parle » avec Thierry Ardisson est sur le point de commencer et je n’ai pas vraiment sommeil même si je suis très fatiguée et que j’aimerais dormir d’un sommeil profond perdu depuis quelques mois dans un bon lit en position horizontale et non « assise » pour supporter mes remontées gastriques…. 

 

Greg va se coucher…il me dit : « bonne nuit et à demain »….

 

 

Quelques minutes après son départ, je commence à avoir une contraction, deux, trois, ah, il y a un rythme et ça fait mal…. je sais que c’est ça, je n’avais jamais ressentit ça de cette manière là…même si j’avais déjà eu des contractions ces derniers jours…

 

Je fais tout ce que j’ai appris lors de la préparation à l’accouchement, je me prépare psychologiquement (de toute façon je suis prête depuis un moment déjà) et je me mets à faire de mon mieux, seule, moi et la télé. Cette télé me permet d’être moins seule, les images me permettent curieusement de me concentrer sur quelque chose qui ne me demande rien en échange….juste la douleur et moi : je suis toute seule et pourtant je ne le suis pas, je sais qu’il est là mon petit bonhomme et que pour lui aussi c’est un moment important.

 

Il est prêt à faire notre connaissance et veut enfin sortir de ce ventre qu’il habite depuis 9 mois…je laisse Greg dormir, je préfère, je pense être capable de gérer ça, ce cheminement si nouveau et étrange…je suis bien, confiante et heureuse, même fière de voir que j’arrive à maîtriser tout ça pour le moment. Tout ce que j’appréhendais depuis quelques temps et qui pourtant va me permettre de donner la vie ne m’angoisse pas… Pendant presque deux heures je fais cette préparation comme une bonne élève qui a appris sa leçon.

 

J’ai pris un bain en début de soirée, comme si j’avais senti que ce serait pour cette nuit…j’ai même contrarié Greg en refusant d’aller manger chez des amis, sentant que quelque chose allait se passer…(faut dire que cela faisait 5 jours qu’on avait dépassé le terme et donc 3 ou 4 visites de contrôles à l’hôpital avec une dernière visite le matin même avec un examen assez douloureux pour me déclencher peut-être le travail …).

 

Les valises sont prêtes et nous attendent dans l’entrée depuis déjà deux semaines et je ne suis pas inquiète, j’aime ce moment, comme si le temps ne coulait que pour moi, je regarde l’heure, les minutes, j’ai maintenant des contractions toutes les 5 minutes et je commence à avoir vraiment très mal. Je comprends maintenant aussi ce qu’on appelle « les vagues », je vois mon ventre se durcir, former deux bosses et se relâcher après une minute, ça me coupe le souffle, pourtant je dois respirer le plus profondément possible en puisant en moi du courage pour cette nuit qui va peut-être être longue…qui sait ?

 

00h30, je vais voir Greg, je le réveille, c’est le moment, je retourne dans l’entrée, j’enfile des chaussures difficilement, je me plie en deux tellement j’ai mal, je fronce les yeux alors qu’il ne le faut pas, je relâche les joues, ferme les yeux, je respire profondément…Je suis debout et c’est de plus en plus difficile …j’attends, au bout de 5 minutes, aucun bruit, j’appelle, il s’est rendormit, comme si il ne voulait pas y croire, « non pas déjà, t’es sûre ? »  me dit-il tout endormit. Il enfile un jean et un tee-shirt et accélère le rythme les yeux à moitié fermés et les cheveux dressés sur la tête !

 

Moi, je suis contente, j’en peux plus, un peu plus de 30 kilos pris, 5 jours après terme, il est grand temps que je le rencontre ce petit bout de moi, de nous…..il s’appellera Thomas, c’est décidé depuis longtemps…

 

Nous voilà dans la voiture, en pleine nuit…..et pour rester dans la beauté de ce moment, de cette naissance à venir, Greg ne peut s’empêcher de me dire que je vais peut-être « bousiller le siège si je perds les eaux » …je ne l’entends pas, je ne préfère pas m’énerver maintenant, je n’en n’ai pas la force de toute façon….moi j’ai d’autres soucis…..que le siège de ma Clio ! 

 

Pas un bruit, pas de voitures sur les routes que nous empruntons, quelques feux rouges qui nous font attendre sans rien dire de longues et interminables minutes…..en se demandant si on ne peut pas « pour une fois » griller les feux !

 

Nous arrivons, Greg cherche une place pour la voiture et veut que j’y aille toute seule pour me rejoindre, craignant de trouver une place trop loin !!! Non, heureusement, on trouve une place tout près, on y va ensemble et c’est moi qui doit sonner et parler, non mais j’te jure ! Et nous arrivons dans le service de maternité de l’hôpital : « Bonjour …..hummm, eu, humm, je viens accou, hummmm, cher…. »

 

On nous dit de patienter 5 minutes en salle d’attente. Je commence à avoir vraiment mal, mais je respire profondément…..je crois que nous sommes un soir de pleine lune et qu’il y a du monde et je perçois quelques cris provenant du fond du couloir….J’ai du mal à marcher et à parler avec Greg qui me demande l’air inquiet et curieux ce que ça fait comme sensation…

 

Je me dis que j’ai peut-être trop attendue ou alors que je suis trop « doudouille », mais m---- ça fait drôlement mal…. Je crois même à un moment perdre les eaux, mais non, c’est juste un petit accident…oups !

 

La sage-femme arrive et nous dit de la suivre, elle m’examine et nous dit que c’est bien partit et que nous devons passer dans la salle d’accouchement pour la pose de l’anesthésie…je suis dilatée à 5/6….j’ai vraiment attendu…et j’en suis fière…ma sage femme qui m’a fait la préparation m’a bien aidée !

 

Je ressens une certaine excitation, mêlée à une inquiétude, tout se mélange, ça y est, ça va arriver, comment ? Quand ? Toutes les histoires que j’ai entendues des naissances d’enfants de mes collègues, mère, belle-mère, grands-mères me viennent en pleine tête et je me mets à visualiser le scénario que j’ai imaginé et construit dans ma tête à travers ces histoires douloureuses, belles ou effrayantes qui m’ont inquiétées et en même temps aidées à anticiper et préparer cet accouchement à ma façon…

 

Le moment où je vois Greg revenir avec une charlotte sur la tête et une blouse de l’hôpital, complètement perdu, le regard encore ensommeillé cherchant quoi faire, quoi dire….m’attendrit…et me fait dire que même si c’est moi qui suis là, je vois bien que ce n’est pas si simple pour lui…

 

On découvre alors la salle d’accouchement toute neuve et moderne…je me hisse tant bien que mal sur la table d’accouchement pour y trouver une position la plus confortable possible, je serai assise, c’est vraiment comme ça que je me sens le mieux, enfin le moins mal…

 

Il est 1 H 30 et les choses avancent …On demande à Greg de retourner dans une salle d’attente…

 

La pause de l’anesthésie se passe très mal, je souffre le martyre, je suis tellement imposante, l’interne m’engueule et l’infirmière me caresse la joue, je n’arrive pas à me plier en deux, j’ai des contractions toutes les 2 minutes…..et j’ai un ventre ENORME…comment faire le ventre rond avec ce ventre aussi imposant ?!!

 

Greg patiente et voit des gens sortir et rentrer de la salle d’accouchement sans aucun mots ni regards dans sa direction….il s’inquiète et n’ose pas demander ou même passer la ligne au sol où il est écrit : « interdit d’entrer ».

 

Quant à moi, je souffre, je pleure, j’ai chaud, horriblement chaud sous cette bâche en plastique et cette charlotte sur la tête qui me donne une touche très sexy !!! Je suis à bout de forces…j’aimerai avoir Greg ou ma maman à mes côtés pour me rassurer, mais l’infirmière anesthésiste est gentille et me met ma tête contre son épaule pour me guider dans ma respiration et me réconforter…

 

Après cinq tentatives très douloureuses de l’interne « à la marque d’oreiller » sur la joue, c’est un échec.

 

Un chef anesthésiste arrive, se place devant moi et me voit, les yeux injectés de sang, pleurant et en nage, désespérée et ayant perdu confiance en moi….il me rassure, me met son front sur mon front et me dit des mots encourageants, me raconte qu’il a fait l’anesthésie pour sa femme quelques jours auparavant et que ça s’était passé pareil que pour moi au début mais trouve les mots et me motive : « vous allez y arriver, c’est vous qui allez la faire cette piqûre »…. je souffre, j’ai toujours les contractions….c’est long…je me mets en boule le plus fort possible, en me disant que je suis en train d’écraser mon bébé, mais ça marche enfin !

 

3 H 00 j’ai enfin la péridurale….je commence à sentir les effets rapidement, le bonheur, je ne souffre plus…Greg est à nouveau avec moi, rassuré….il s’endort même sur mon épaule à côté de moi, pendant que je regarde la puissance des contractions ne me faisant aucun effet sur le monitoring. Les « bip bip » et les battements du cœur de mon bébé me font du bien à entendre et me rassurent ; le miracle, le bonheur ! Les infirmières qui m’accompagnent sont d’une douceur qui me réconforte…

 

Mais les effets de l’anesthésie me font trembler de partout vers 5 heures du matin, je ne contrôle rien et ne sent plus du tout mon corps jusqu’au cou, cela m’inquiète, j’ai les dents qui jouent les castagnettes, comme si j’étais frigorifiée et c’est incontrôlable…on me dit que ce sont des effets secondaires et qu’on va devoir annuler l’anesthésie…qui a visiblement trop prit et pas comme il faudrait.

 

 

Le temps passe, je ressens de plus en plus les contractions. Je demande à l’infirmière de m’injecter de l’anesthésie manuellement, j’ai mal, mais rien ne s’améliore, je ressens de plus en plus les contractions qui ne me laissent pas de répit et ce, pendant plusieurs heures….

 

Il est 8 h 45 et l’anesthésie ne marche pas vraiment; greg décide de sortir boire un café afin de passer quelques coups de fils pour vite prévenir les grand-mères que nous allons bientôt avoir notre bébé (nous n’avions pas appelé en pleine nuit pour n’inquiéter personne).

 

La nouvelle sage-femme (celle de jour) me regarde et me dit que c’est pour tout de suite, je suis à 9….Greg n’est pas encore revenu, je panique…Elle me perce la poche des eaux….drôle de sensation…

 

Il arrive, il est 9 h 15, on me dit que ça y est, il va falloir pousser, et moi qui n’ait quasiment plus la péridurale, j’ai toutes les sensations, même si je l’accorde (ayant vécu l’accouchement sans péridurale du tout pour Capucine, ce n’était rien à côté...) et là je dois pousser, ma main dans la main de Greg….sous les encouragements de la sage-femme, de l’infirmière et de Greg….j’ai l’impression de faire une course, que je dois tout donner, comme dans une dernière ligne droite d’un marathon, Greg regarde et m’encourage, il me dit l’air ému qu’il voit les cheveux du bébé……et moi je sens ce bébé passer, je prends mes genoux à bouts de forces, je le sens sortir de moi, de mon ventre, je sens qu’on me vide de mes entrailles, c’est une réelle délivrance que je ressens lorsque les épaules sont passées …Greg me dit « allez ma puce, pousse, allez »….je pousse de toutes mes forces, une dernière fois et à 9 h 30 Thomas naît, apparaît devant nous….moi pleurant et greg rigolant comme un enfant trop ému….de cette première rencontre si forte et inimaginable de part sa violence et sa beauté….

 

Ce petit et « gros » bébé de 4 kilos 600 recouvert de ce truc blanc à l’odeur de crème fraiche, Greg ému, un bébé en bonne santé, une équipe qui me félicite me rendent immédiatement la plus heureuse du monde…..je le prends dans mes bras et je me surprends à l’appeler « mon amour » et je l’embrasse, je l’aime instantanément alors que je ne le connais pas….Je fonds en larmes, le bonheur, la pression qui retombe, l’émotion, la magie du moment….Cet amour là, il est immense et je sens que plus rien ne sera jamais pareil…

 

 

Les suites de l’accouchement ont été un peu difficiles avec une grosse chute de tension mais dans l’ensemble tout s’est remis en place naturellement avec du temps et puis la suite ça, c’est une autre histoire…..

 

 

 

Publié dans Thomas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

coco 30/04/2012 21:45

Superbe article chargé d'émotion...et avec un peu de retard, je souhaite un superbe anniversaire à ton grand garçon. bisous

Adeline 30/04/2012 22:41



Merci coco ! Merci pour Thomas également !!!! bises



mamie Cathy 25/04/2012 15:34

Récit émouvant d'un acte si beau. J'avais écrit, moi aussi, sur les conseils de ma mère, après mon accouchement, tout ce que j'avais ressenti pour ta naissance... Mais je ne trouve plus mon texte.
Il faut dire que 33 ans ont passé ! Cela fera drôle à Thomas de lire ces mots, quand il sera en âge de le faire... Pour l'instant, laissons-le jouer aux LEGO...

Adeline 30/04/2012 22:39



J'aimerais bien te lire pourtant c'est dommage que tu ne le trouves plus....même si je connais un peu mon arrivée !!!!



mémé 21/04/2012 15:07

2 jours bien plein avec la garde de Lucyle m'ont fait rater la sortie de ce superbe article.

Je m'en souviens, oh oui, je m'en souviens de ce dimanche 17 avril 2005...... Mais bon, je ne suis pas la conteuse, et t'ai déjà dit tout ce que je pouvais te dire à ce sujet.

Revenons à cet article, moi aussi (d'accord je pleure facile à la lecture des mots d'amour que les jeunes femmes adressent à leur petits, et là, quel petit (un peu mon petit)) j'ai embué mes
lunettes en découvrant tes émotions, celles de mon grand garçon enfin papa et la création de votre famille (car 2 adultes forment un couple, il faut l'arrivée de petits pour parler de famille),
nous sommes heureux d'être associés à tout ceci grâce à ton blog.

J'espère que pour aujourd'hui chez vous, le temps va garder ses larmes de pluie pour ce soir, mais c'est pas gagné ....... vive les pirates et tous les corsaires en puissance qui viennent partager
l'anniversaire de Thomas.

Adeline 24/04/2012 09:02



Merci pour ce gentil commentaire !



Pascale, Eléa et Faustine 19/04/2012 14:56

Que c'est beau, ton récit, j'en ai des frissons.
J'aurais voulu, oui, j'aurais bien aimé... voir une photo de ton bébé Thomas, à la maternité... :) Ca aurait clos magnifiquement cet article.
Et puis surtout, le plus important, je souhaite un merveilleux anniversaire à Thomas ! 7 ans, l'âge de raison, à ce qu'on dit :) C'est un sacré cap !

Adeline 24/04/2012 09:02



Merci Pascale ! Pour la photo, j'ai des excuses ! Je suis en train de faire un diapo comme toi (tu sais avec plein de photos en musique) mais j'ai tellement de choses en ce moment à faire que je
suis très en retard !!!!



tata 19/04/2012 13:48

moi aussi, super émue de cet article, c'est tellement beau!!! Tu m'avais déja bien raconté ton premier accouchement mais la j'ai plus de détails! Je me rappelle encore ce dimanche 17avril bien
pluvieux ou nous avions fait la connaissance du premier bébé de la famille, j'avais quasiment pleuré de te voir avec un bébé (ton bébé) dans les bras! C'était iréel!!! tout çà pour dire que çà fait
peur, 7 ans, çà passe à une allure de dingue!
Bon, je me remets de mes émotions, faut que je bosse! bisous soeurette

Adeline 24/04/2012 09:01



Oui, ça passe trop vite ! Et je te rassure, c'était iréel pour moi aussi et ça l'est presque encore...